Catégorie : La pédagogie et le jeu

Les paradoxes du calcul mental #2

Les nouveaux programmes 2016 du cycle 2 et du cycle 3 sont explicites et clairs, la place du calcul mental dans les apprentissages numériques est centrale.

Les paradoxes du calcul mental #1

Des études récentes, notamment celle du CEDRE , montre clairement que la proportion d’élèves en grande difficulté avec les nombres et les opérations est passée de 15% à 20% à la fin du collège en moins de 10 ans.

Des exemples de pratiques de calcul mental à l’envers

Pour rappel et en quelques mots, le calcul mental à l’envers, c’est le principe universel du « Compte est bon ». C’est-à-dire un nombre-cible que l’on cherche à fabriquer et des nombres sur lesquels on opère avec les quatre opérations de façon à atteindre cette cible.

Le calcul mental à l’envers pour bien utiliser les zones de notre cerveau.

Depuis quelques années, on en sait plus sur la façon dont le cerveau traite les informations numériques et opératoires. S.Dehaene formule l’hypothèse qu’un sens précoce du nombre favorise la compréhension future en arithmétique notamment le sens des opérations, qui à son tour renforce l’acuité numérique.

Le calcul mental à l’envers, qu’est-ce que c’est ?

En calcul mental, nous procédons souvent « à l’endroit » c’est-à-dire en cherchant le résultat d’une opération donnée. Ce calcul qu’on dit direct est celui dont a besoin tout citoyen. Mais pour apprendre et développer ses capacités en calcul, la pratique qu’on dit « à l’envers » est très efficace.

Calcul mental direct (Crédit photo : sanickels)

Calcul mental : comment évaluer un prix, un pourcentage…

Notre relation aux nombres est d’abord mentale. Dans la vie courante, il est fréquent de se retrouver dans une situation d’évaluation d’un prix, d’une surface, d’un pourcentage. Comment le cerveau gère-t-il cette situation ?